Return to site

Regard sur notre système médical

À l’heure actuelle, le système médical occidental est le meilleur concernant la médecine d’urgence.

Si vous avez une fracture ouverte, si vous êtes en train de faire un AVC, si vous avez eu un accident de voiture, si votre vie est en péril, il est indéniable qu’il faut courir aux urgences !

Il y a dans les hôpitaux un corps médical qualifié qui saura vous prendre en charge de la meilleure manière possible.

Cette médecine d’urgence est basée sur la médecine des champs de bataille, pratiquée durant les guerres.

Elle permettait de remettre le soldat d’aplomb pour retourner sur le champ de bataille ou de le maintenir en vie : amputations, transfusions, pénicilline, etc.

Des avancées extraordinaires pour finalement maintenir en vie, ou plutôt repousser la mort ! Mais en aucun cas pour créer une vie sans souffrance ni maladie (à choisir entre vivre amputé ou mourir, le choix est vite fait).

Ce qui est malheureux c’est que, de nos jours, nous appliquons toujours ces mêmes procédés.

Nous ne sommes plus en guerre, nous ne sommes plus des soldats, et pourtant nous traitons nos maladies chroniques de la même manière.
 

Votre glycémie est trop haute, vous êtes diabétique de type 2 ?
C’est incurable, c’est à cause de vos parents et voici votre traitement !

Vous avez de l’hypertension artérielle ?
C’est incurable, c’est à cause de vos parents et voici votre traitement !

Vous avez mal, vous avez de l’arthrose et des inflammations ?
C’est la vieillesse, voici votre traitement !

À chaque mal son traitement, à chaque bobo son pansement.
 

Encore une fois, sur des pathologies d’urgence, je ne me permets pas de critiquer la médecine. Mais on ne peut pas appliquer la même réflexion partout et en tout temps.
 

Pourquoi attendre d'être malade pour se soigner ?
 

Les pathologies chroniques et inflammatoires actuelles ne sont que colmatées par les traitements médicamenteux, les opérations, les infiltrations…

Si vous entendez un bruit dans le moteur de votre voiture, augmenter le volume de la musique ne résoudra pas le problème.
Vous n’entendrez plus le bruit mais vous exposez le moteur à plus de dégâts par la suite.

Je compare souvent notre corps avec nos voitures et ordinateurs. Des métaphores simples pour que tout le monde puisse comprendre.
 

C’est d’ailleurs l’un des maîtres-mots des cours en ligne que je propose : SIMPLICITE.

Une connaissance accessible à tous !
 

Donc nous en sommes là, à traiter des pathologies chroniques comme des blessures de guerres. Des pathologies qui se déclaraient chez mes grands-parents à l’âge de 70-80 ans et qui maintenant apparaissent chez les jeunes de 40-50 ans.
 

J’imagine que vous ne doutez plus de l’évolution ?

Des pathologies de plus en plus jeune, de plus en plus chroniques et surtout de plus en plus rentables
À qui profite le crime ?
 

Je ne critique en rien les médecins, ils sont eux-mêmes victimes d’un système bien rôdé. Il s’établit un dialogue de sourd entre un patient qui ne veut pas changer ses habitudes et un médecin qui n’a plus le temps d’éduquer ses patients. À qui la faute ?
 

Le médecin, pour éviter le pire, prescrit le traitement « magique » qui va tout guérir, et le patient se dit qu’il peut continuer lentement de s’écorcher avec ses doux poisons (alcool, cigarette, produits transformés, sucres et farines raffinées…).
 

Il faut bien profiter de la vie !
Il faut bien mourir de quelque chose !

 

Ce genre de phrases toutes faites, parfaites pour excuser telle ou telle habitude de vie. Un peu facile à mon avis.
 

Effectivement, il faut bien profiter de la vie, mais à quel prix ? La souffrance ? La maladie ? La mort ?

Pour ceux qui ont assez souffert, perdu des êtres chers et qui veulent changer les choses, les solutions sont là !
 

Tout ce que j’aborde dans mes stages est fait pour retirer la peur de vos cœurs. Retirer le doute et apprendre à regarder la vérité en face. Sur nos fonctionnements, nos habitudes, nos maladies et surtout arrêter de s’en remettre systématiquement à une autorité médicale (ou paramédicale) dès qu’il y a bobo dans le corps.
 

Pour rappel, c’est VOTRE CORPS !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK