Return to site

Le développement émotionnel

« La tête pour réfléchir et le corps pour ressentir ! »

L’une de mes activités principales est d’observer les patients et les personnes qui se présentent à moi.
Récemment de nombreux patients m’ont dit la phrase suivante :

« Je ne comprends pas mes douleurs ».

Je pouvais observer chez eux un vrai désir de comprendre pourquoi ils avaient mal au ventre, au dos ou au bras. J’imagine que cela est un réflexe naturel du cerveau de chercher une cause ou une explication rationnelle afin de ne pas reproduire cette erreur.
Pourtant lorsque ce mécanisme de réflexion s’enclenche, on passe à côté de l’essence même de l’apparition de cette douleur ou de ce désagrément : la ressentir !
Mais qui a donc envie de ressentir de la douleur ? Nous souhaitons qu’elle s’en aille au plus vite et le plus loin possible. Nous prenons donc des antidouleurs et des anti-inflammatoires, chimiques ou naturels pour continuer à avancer sans que le corps ne se plaigne.
Nous avons dit au corps de la fermer !
Pourtant ce corps physique, notre corps, ne travaille jamais contre nous.

C’est un tableau de bord incroyable qui nous envoie des signaux d’alerte lorsque nous poussons la machine trop vite, trop loin ou dans la mauvaise direction.

Alors je ne vous demande pas de trouver du plaisir dans la douleur, mais lorsque celle-ci se présente à vous, ayez la présence de l’accueillir et de la ressentir.

Ce procédé n’est pas un processus mental ou intellectuel, car on ne ressent pas avec la tête, mais avec le corps, avec le cœur, avec les tripes : avec ce cerveau émotionnel que l’on néglige tant.
Je pratique régulièrement l’exercice suivant, j’espère qu’il pourra vous être utile :

Dans un endroit calme, dans la pénombre,
Assis ou allongé confortablement,

Commencez par prendre conscience de votre respiration pendant quelques minutes.

Apaisez votre souffle en allongeant votre inspiration et votre expiration.

Prenez conscience de vos pieds et ressentez le contact avec le sol. Gardez votre attention sur vos pieds pendant quelques minutes.

Puis, petit à petit, remontez pour ressentir les jambes, les genoux, les hanches et le bassin, les lombaires, entre les omoplates, le cou, les bras, les mains, le coeur…

Prenez conscience de chaque zone, de chaque articulation, de chaque organe qui vibre.

Prenez alors le temps de vous poser sur une zone douloureuse ou inflammatoire et, profitez de cet état de calme, pour observer et ressentir cette douleur.

Permettez-vous de l’accueillir et non plus de la subir.

Ne lui dites rien, vous la laissez être.

Vous acceptez que vous l’avez manifestée à travers ce corps.

Pratiquez cet exercice de ressenti autant que vous le pourrez.

Plus vous le pratiquerez et plus votre ressenti s’affinera.

C’est un exercice incroyable qui permet petit à petit de faire la différence entre le corps et la tête.

Cette tête si utile dans beaucoup de domaines mais qui peut trop facilement nous influencer à penser au pire dans chaque situation.

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » Le petit prince, Antoine de Saint-Exupéry
 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK