Return to site

Apprendre à ne rien faire

Je discutais il y a quelques jours avec un patient de l’importance de ne rien faire !

Je me rappelle encore qu’étant enfant, mon père nous préparait à mes frères et moi, lors de nos vacances scolaires, des « programmes de vacances » :
 

  • Mathématiques
  • Histoire-Géographie
  • Français

Et chaque jour, pendant une heure, était noté : « ne rien faire »

Je ne comprenais pas vraiment ce que cela voulait dire, je pensais pouvoir regarder la TV ou aller m’amuser… Mais il voulait simplement que je ne fasse rien. Concept plutôt abstrait pour un enfant plein d’énergie prêt à croquer la vie.
Je comprends aujourd’hui que c’est lorsqu’on arrête de FAIRE que l’on commence à ÊTRE.
Nous sommes constamment dans une action : lire, écrire, courir, s’amuser, nettoyer, ranger, faire du sport, travailler… Nous nous occupons à bien des tâches quotidiennement, plus ou moins agréables ou utiles.
Si nous souhaitons manifester de la santé, de la régénération, de la guérison dans notre vie il est important de se poser dans un certain état d’être.
Nous nous fixons tous des objectifs à atteindre : professionnels, personnels, amoureux, sportifs et même concernant notre santé.

C’est le but final qui nous motive… rarement le cheminement.

Prenons la santé comme exemple, puisque je m’adresse d’abord à mes patients.

Je remarque souvent les patients se casser la tête sur des douleurs, des inflammations, de la perte de poids, des eczémas, etc. Ils cherchent à tout prix à comprendre pourquoi cela s’est manifesté en eux.


La logique intellectuelle veut d’abord aller chercher un fautif à l’extérieur (alimentation, allergie, traumatisme, climat…) et c’est normal.

Puis, petit à petit, le mal s’étant installé, nous sommes invités à aller voir au-delà, plus en profondeur, à l’intérieur de SOI.

Rappelez-vous que nous sommes créateurs de ce qui se manifeste dans notre corps physique.

Nous essayons encore avec un mental très fort de dominer et contrôler ce corps physique. Nous lui donnons tout un tas de médicaments chimiques, de compléments naturels, de plantes et nous ne voyons toujours pas d’amélioration. Nous avons tout fait, tout épuisé, vu tous les spécialistes, fais tous les examens… le mal est toujours là !

C’est qu’il est temps de déposer les armes, puisque ceci n’est pas une bataille, ce n’est pas un problème à résoudre : je suis passé par là.

ÊTRE n’est pas l’opposé de FAIRE. C’est un état, où vous ne cherchez plus à comprendre, à savoir, à calculer, à projeter, à planifier.

ÊTRE ce n’est pas l’inaction et l’immobilisme.

ÊTRE c’est lorsque vous laissez FAIRE.

ÊTRE c’est lorsque vous faites confiance et que vous avez la FOI.

ÊTRE c’est avancer sans connaître la suite de l’histoire.

Je ne cherche pas à faire de la philosophie. J’aimerais vous proposer un outil supplémentaire. Il est important, de temps en temps, de se poser et de ne rien faire.

Il est important de rester là, assis ou allongé, un peu comme un chat, en veille, à observer ce qui nous entoure, à mettre nos sens en éveil et à contempler (même nos créations qui semblent laides et douloureuses).
C’est le cheminement qui mène à l’état d’être, puis le résultat se manifestera.
Cherchez donc plutôt à incarner cet état dans lequel vous aimeriez être dès maintenant, malgré la douleur, l’eczéma ou l’inflammation. Et vous les verrez s’estomper puis dis-paraître.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous. Et alors ?

Commencez par une seule minute par jour et voyez où cela vous mène ! Qui n’a pas une minute sur 24h00 pour faire pause ?

C’est finalement tout ce que je vous demande.


Dans le grand film de votre vie, surtout lorsqu’il y a du tumulte, appuyez sur pause de temps en temps et soyez l’Observateur.

À très vite pour de nouveaux outils de réflexions,

Charbel

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK